OTTAWA (ONTARIO) — Le lundi 31mai, le Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises (RCRCE) publiera un projet de modèle de législation visant à fournir aux législateurs un schéma directeur pour une nouvelle loi internationale en matière de responsabilité des entreprises au Canada.

Si elle est adoptée, cette loi obligera les entreprises canadiennes à prévenir les atteintes aux droits de la personne et à l’environnement dans l’ensemble de leurs activités et chaînes d’approvisionnement mondiales.

Des dirigeants de la société civile et des syndicats prononceront de brèves remarques préliminaires, suivies de questions des médias :

  • Kalpona Akter, présidente de la Bangladesh Garment and Industrial Workers Federation et directrice générale du Bangladesh Centre for Worker Solidarity.
  • Evelyne Beaudoin, présidente, Développement et Paix – Caritas Canada.
  • Emily Dwyer, coordonnatrice nationale, Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises.
  • Karen Hamilton, directrice par intérim, Above Ground.
  • Ken Neumann, directeur national pour le Canada, Syndicat des Métallos.
  • Ketty Nivyabandi, secrétaire générale, Amnistie internationale Canada.

Quand : Le lundi 31 mai, 10 h 30 HNE, via un webinaire zoom.

: La conférence de presse sera également diffusée en continu sur Facebook Live

Renseignements :

Emily Dwyer

Coordonnatrice, Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises

Cellulaire : 819-592-6657; edwyer@cnca-rcrce.ca

  

### 

Le Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises (RCRCE) est l’organisme national de coordination des groupes de la société civile et des syndicats qui font avancer la cause des entreprises et des droits de la personne au Canada. Créé en 2005, le RCRCE regroupe 39 ONG de défense de l’environnement et des droits de la personne, des organisations religieuses, des syndicats et des groupes de solidarité. Plusieurs de nos organisations membres travaillent sur la question de la responsabilité des entreprises depuis des décennies et entretiennent des relations de longue date avec des communautés, des travailleurs, des peuples autochtones ainsi que des défenseurs de l’environnement et des droits de la personne du monde entier. Ensemble, nous appelons à une réforme de la législation et des politiques canadiennes afin de garantir que les communautés touchées puissent obtenir réparation au Canada, que les entreprises canadiennes respectent les droits de la personne dans leurs activités internationales et que, si des entreprises se prêtent à des abus à l’étranger, elles subissent des conséquences réelles au Canada.